• Article N° 1 Pourquoi je suis ici...

     

    Le 02/03/2014                                                  

     

    Cet endroit sera si vous le permettez comme un journal où j'y déposerais mes états d'âme, tels qu'ils sont en toute honnêteté.

    Ce sera un dépôt d'ESPOIRS et de DESESPOIRS. Je sais que, bien placés, bien choisis, quelques mots font une poésie et qu’il suffit qu'on les aime pour écrire un texte.

    Mais ici, mes mots ne seront qu'un exutoire, ma façon à moi d'appuyer là où ça fait mal.

    Des lettre ouvertes, car je ne peux comprimer et garder tant de maux dans mon cœur.

    Je vous les confierais en mots.

    Je rappelle qu'ici, je vous laisse la possibilité de pénétrer dans mon intérieur, au fond de mon histoire, au fond de mes pensées, au fond de mon âme.

    Ce n'est pas toujours facile à lire et cela peut heurter, car il y a de vrais sentiments, de vrais pleurs, de vrais fantômes, de vraies craintes et tant de monologues.

    Là où les écrits n'ont plus de frontières, là où l'amour quel qu'il soit, s'étale sans manière.

    Là où j'ai envie de crier, à travers mes mots, tous mes maux, sans savoir qui vous êtes et surtout, qu'importe qui je suis.

    Souvent, pour ceux qui lisent les maux des autres, cela représente l'émotion à l'état pur.

    Nous en avons tous plein le cœur, plein les tripes et les lire fait parfois oublier les nôtre, comme elles peuvent aussi les réveiller.

    C'est pourquoi, quand vous me lirez, souvenez vous que mes textes, n'engagent que moi et qu'à aucun moment vous n'avez à les vivre.

    Tous les mots, ne sont pas de moi, je puise des phrases, des dictons, des proverbes, des citations, des recherches, auxquels j'adhère et qui me concerne et jamais parce qu'ils sont beaux ou bien dit.

    Ici, je les mélange à mon vécu, à mon histoire.

    Ici, je vais déposer ma douleur de Maman, face à toute cette douleur, tout ce drame qui est le nôtre.

    A vous de savoir si vous voulez continuer avec moi ce triste partage.

    Simplement, si vous restez, je vous demanderais, de ne pas nous juger..

    Nul ne sait ce qu'il ferait dans telle ou telle situation, tant qu'il n'y est pas confronté...

    Article N° 2 L'anné 2009 où nous avons quitté notre quotidien... »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :