• Article N° 25 Notre coeur devient archives

      

                                              Blog de plumette :De son sang à mon encre, Article N° 25 Notre coeur devient archives

    09 juin 2009 00h03

    Qu'il était bon me lever samedi en me disant que tu allais venir passer le week-end à la maison.

    Quand Papa t'a déposé devant la maison, nous étions tous là a t'attendre. 

    Cela fait si longtemps que tu es partie, bien avant ton hospitalisation, puisque déjà tu l'étais avant HDT.

    Fragile mais souriante, tu t'es jetée dans mes bras puis dans ceux de ta sœur.
    Plus, loin, elle t'a entrainé dans la cuisine où une assiette deco okies t'attendait, fait par elle, spécialement pour toi.

    Nous savions que tu n'y goûterais pas, mais ça lui faisait plaisir de faire cela pour toi.

    Ton père en a mangé et sous nos  regards stupéfaits, tu en as pris toi aussi !!!

    Ca c'est du bonheur !!! Tu sais depuis le début de notre combat, j'ai appris a admirer notre famille.

    Cette maladie est si terrible, qu'elle nous enfonce dans un cercle vicieux où l'on y combat. 

    Cela nous mènent à quelques victoires, suivies de défaites. 

    Elle exerce toute une pression, car on sait que l'on ne s'en sort pas facilement et carrément, on finit par ne plus se mentir.

    Juste comprendre que le seul espoir de s'en sortir peut être, est d'apprendre à s'accepter les uns et les autres, comme on est, et non pas comme on voudrait que l'on soit.

    Pour être arrivées à cela, j'admire notre famille et ceux qui sont restés près de nous dans cette guerre qui est la notre, nous connaissant, et nous aimant quand même.

    Pour la fêtes des mamans tu étais là !!!

    Partout dans le monde, il y a des mamans et des enfants.

    Des mamans actives, des mamans câlines, des mamans rigolotes, des mamans-poules ou tout simplement ta maman.

    Nous avons toutes un point commun,  vous nous êtes indispensables ! 

    Et ils l'ont compris puisqu'ils t'ont permis, de me consacrer une journée !

    Que serait notre histoire  sans mémoires? Qui la raconterait?

    Notre cœur devient archives où tant de choses passent et restent. T

    ant de choses qui nous marquent à vie. Parfois elles font si mal et se gravent en cicatrices, mais d'autres sont si précieuses. Et toi et ta sœur êtes le drapeau d'un pays sans frontière nomé Amour.

    « Article N° 24 Je me sens si petite Article N° 26 Je t'aurai à l'usure »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :