• Article N° 44 Tu n'es pas un chien

      

                                                                             Blog de plumette :De son sang à mon encre, Article N° 44 Tu n'es pas un chien

     

    15 juillet 10h33

    Je dénonce ceux qui ont le pouvoir en psychiatrie, cette vaste association de (soi disant bienfaiteurs) malfaiteurs, qui continuent d'administrer à de « pauvres gens » la folie à petit feu.

    De tout temps la psychiatrie a fait de nombreuses erreurs, de crimes, sans jamais le reconnaître.

    Personne n’est obligé d’accepter cela.

    Le coupable d’abus psychiatriques est le psychiatre ou l’organisme psychiatrique mais jamais le patient qui les a subis.

    Nous avons le droit et le devoir de ne pas permettre cela.

    J’en ai assez de voir le futur que nous préparent ces gens de pouvoir que sont les psychiatres car, il faut bien le reconnaître, ils semblent fous.

    On ne peut pas appeler autrement ces gens qui, avec de grands sourires nous disent qu’ils vont nous aider à aller mieux et qui nous droguent, nous assomment, nous tuent avec leurs médicaments.

    Comment en sort-on plus tard ?
    Elle ne fait pas ce que nous voulons...NOUS LA PIQUONS !
    Elle est venue nous voir parce qu'elle voudrait rentrer chez elle...NOUS L'ISOLONS !
    Elle s'agite parce qu'elle ne veut plus être isolée... NOUS LA PIQUERONS DONC ENCORE !

    Ces mots m'ont été dits hier, lors d'un entretien avec un interne, agacé d'avoir été dérangé un 14 Juillet, et deux infirmiers. J'avais l'impression d'être dans un cauchemar ou dans la parodie d'un mauvais film.

    Mais non ! J'étais face à trois personnes qui ont le pouvoir et qui en abusent !!!

    Après  leurs avoir posé trois fois la même question sur une éventuelle explication quant à l'isolement, ils ne me répondaient pas et le médecin me répétait sans cesse: Je n'ai pas que votre fille à m'occuper, on m'a fait venir un 14 juillet et je lui ai déjà accordé assez de temps !

    Et la jolie infirmière, de me dire :
    Et s'il faut la piquer, nous la piquerons !!!

    Pitié ! Ca devait être un cauchemar !!!
    Mais que me cachait-on ? Pourquoi ne me répondait-on pas ???

    Alors, j'ai fini par dire De tout les gens que j'ai vu ici, vous êtes les premiers qui m'ont traitée de la sorte...

    Le médecin qui, entre temps, s'était mis debout devant la porte, excédé, me répondit : Eh oui ! Moi, je suis le méchant médecin !!!
    Que répondre à cela ?

    Anéantie, démunie, découragée, détruite, je suis repartie, seule dans ma voiture, roulant 100 km en pleurant et en me remémorant leurs horribles mots accompagnés de gestes tout aussi horribles.

    L'infirmière pointant un index accusateur, secouant ainsi sa main, comme lorsque l'on gronde un enfant.

    Aucun respect face à la douleur des parents.

    Il faudrait que des recherches publiques soient menées et aient enfin du poids, mettant ainsi une marge de manœuvre. Mais il n'y en a pas suffisamment, voire pas du tout.

    Du coup, on laisse les incohérences s’exercer et bien sûr, endommager les patients.

    Il ne s’agit pas seulement d’essais cliniques tronqués, mais plutôt d’une transformation qui tend à modifier les individus, à les soumettre et les transformer en légumes.

    Pour les spécialistes ayant étudié ce phénomène, les inquiétudes ne cessent de grandir.

    Peut-on avoir des gens qui n’aient pas d’émotion et pas d’humeur ? Car c’est vers cela qu’on se dirige !

    C’est sûrement plus facile pour que tout le monde respecte le feu rouge.

    Si ce dérapage n’a rien d’étonnant pour certains, pour moi, je dirais que...

    J'AI PEUR...
    TELLEMENT PEUR DE CES GENS A QUI J'AI DONNE TOUT POUVOIR AVEC L'HDT...

    Ils en arrivent, ma fille, à ce que tu te culpablises, quand tu te débats pour ne pas que l'on t'isole et t'attache !!! Alors que les autres jeunes de ton âge se débattent pour avoir un ordi, un jeu vidéo, des fringues !!!

    Eux, ils te piquent, comme ils disent, parce que tu ne veux pas que l'on te fasse cela ! 

    Les gens pleurent lorsque l'on pique leur chien.

    Moi, on me repproche d'essayer de les en empêcher.

    Tu n'es pas un chien !!!

    Je jure sur l'honneur que tout ce qui vient dêtre raconté est vrai !

     

    « Article N° 43 Viens danser sous les étoiles... Article N° 45 Jamais l'absurde ne m'a paru aussi cruel. »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :