• Article N° 77 VA MA FILLE !

      

                                                                   Blog de plumette :De son sang à mon encre, Article N° 77 vA MA FILLE !

     

    31/01/2011

    Le 31 janvier 2011 !
    Quelle date !
    Après la traversée de l'enfer, te voilà à entamer ta route vers la vie !
    Ta vie !
    Tu vas réintégrer ton école d'infirmière, en reprenant en deuxième année...
    Moi, je rentrerais à l'hôpital et je vais enfin prendre soin de ma santé, pour que je puisse profiter avec toi et ta sœur de ce bonheur tant attendu.
    Demain matin, quand nous serons prêtes, je te prendrais dans mes bras et je te dirais...
    On y est ma fille !
    Avance,  plus de crainte, plus de doute, l’esprit va tracer ta route.
    Sors et secoue ta poussière.
    Avance, la liberté est là, il te faut la vivre.

    Ne crois jamais en être indigne, part travailler à la vigne de vie.

    Tu peux enfin porter la lumière, ton feu n'est plus éteint.

    Les barrières sont brisées et aujourd’hui tu vas vers demain.

    Avance même si les flots t'ont fait peur, avance sans perdre ni cœur, ni pieds.

    Nous sommes tous là pour te prendre sous nos ailes si les tiennes se fatiguent.

    Contre vents et marées, ose prendre le large, ose tourner la page, car vivre est à inventer.

    Même quand tu seras fatiguée, que tu en auras assez, même si découragée, n'oublie pas on est tous ensemble sur le même rafiot.

    C'est le même vent qui secoue ce bateau qu'est notre famille.

    Le vent de la vie, le vent de l'Esprit. 

    Nous avons réussi à changer le paysage et à repousser les nuages et de tes yeux est naît le ciel bleu.

    Tu vas vers de nouveaux rivages, car de ton cœur tu as fait renaitre le bonheur.

    Avance, tu sais maintenant, qu'il y aura toujours des allumeurs d'étoiles.

    Qu'il y aura aussi des annonceurs de joie et ce,  tant qu'il y aura dans le monde des gens, heureux d'y croire.

    Alors, crois en toi, crois en nous.

    Tu as su laisser derrière toi les années souffrance.

    L'étudiante revient.

    Sois sereine même au milieu du bruit et de l'agitation.

    Mais songe quand même au calme paisible qui se dégage du silence.

    Vis en bonne entente avec le monde sans pour cela te renier.

    Expose calmement et clairement tes idées autant de fois que faire se peut.

    Ecoute les autres même celui que tu considères moins intelligent que toi, car lui aussi a quelque chose à t'apprendre.

    Evite les personnes agressives, elles sont un supplice pour l'esprit.

    Si tu te compares aux autres, tu te sentiras parfois vaniteuse et parfois aigrie, car il y en en aura toujours de plus grands et de plus petits que toi.

    Si modeste que soit ta vie, elle est réellement une richesse.

    Soit prudente car le monde peut te tromper et ça tu le sais.

    Mais malgré tout, garde les yeux grands ouverts devant ses beaux côtés, il y en a plein.

    Beaucoup recherchent un idéal élevé,  toi qui a été si courageuse, reste toi-même.

    Tu n'as jamais simulé l'affection, mais tu as été désenchantée et tu sais qu'en présence de l'indifférence, tout devient aussi fragile que le brin d'herbe.

    Tu acceptes à présent sans amertume, la sagesse des années qui passent, en fortifiant ton esprit.

    Il te soutiendra en cas de coups durs, veillant à ne plus te laisser entraîner par l'angoisse, qui naît souvent de la fatigue.

    Impose-toi une sainte discipline, mais reste néanmoins indulgente envers toi-même.

    Tu es une enfant de l'univers tout comme les arbres et les étoiles, tu as le droit d'exister et tu sais le revendiquer maintenant.

    Et même si parfois, les choses échappent à ta compréhension, l'univers poursuit son évolution.

    Vis en paix avec cette puissance intérieur que tu as acquit, quel que soit le nom que tu lui donnes et quelque soient tes actes et tes aspirations.

    Vis en paix avec ta conscience, malgré ses tracas et ses rêves.  
    Ne te sous-estime pas en te comparant aux autres.

    C'est précisément parce que nous sommes tous différents que nous sommes uniques.

    Ne fixe pas tes buts en fonction d'eux.

    Toi seule sentiras ce qui est bon pour toi, écoute tes plus profonds désirs.

    Tiens à eux comme tu tiens à la vie, car sans eux la vie n'est rien.

    Je sais que tu ne la laisseras plus filer entre tes doigts et que tu la vivras intensément.

    Tu as tant de choses à donner et encore plus à recevoir.

    N'aies pas peur d'admettre que tu n'es pas parfaite. C'est ce lien fragile qui nous relie les uns aux autres.

    N'aies pas peur de prendre des risques, c'est en en prenant que le courage s'apprend et tu en as tellement !  

    Regarde !

    Tu as des ailes à présent, elles te feront voler jusqu'à tes rêves. Tu n'es plus sans espoir et des buts tu en as plein. 

    N'oublies pas d'où tu viens et où tu vas.

    Tu sais aujourd'hui que la vie n'est pas une course, mais un voyage dont il faut savoir goûter chaque étape.

    Maintenant que tu sais que la vie est belle, sois vigilante et tends inlassablement vers le bonheur.

    Va ! Va ma fille, file en cours et viens ce soir me raconter, on va tous tellement penser à toi...

    « Article N° 76 A. écrit à ceux qui décideront ou pas de son retour en cours. Article N° 78 Une requête bien différente. »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :