• Article N°8 Tornero (je reviendrais)...

        

                                                                                     Blog de plumette :De son sang à mon encre, Article N°8 Tornero (je reviendrais)...

    Le 11 Mai 2009...

    Quelle surprise quand je suis arrivée et que je t'ai vu m'attendre en dehors du bâtiment ! 
     

    TOI DEHORS SEULE!!! Alléluia !!!
     

    Fière et heureuse, tu m'as annoncé que tu étais libre.

    Enfin une bonne nouvelle !

    Toujours frêle, même un peu plus je crois, cela te fâche quand je te le dis.

    Cette fois, au petit café, on s'est installés avec les autres, ceux de ton bâtiment.

    Nat, m'a fait comprendre que tu ne mangeais plus du tout.

    J'aurai dû me douter de cela, ces derniers temps, tu ne prenais plus de pâtisserie.

    Quand j'ai entendu comment on te félicitait, quand tu as pris un chocolat, je me suis dit <<ça y est on y est>

    Que je suis nulle, la réponse est un conflit d'ordre psychique.

    Tu ne comprends pas que l'anorexie, modifie progressivement, la vie et l'environnement des personnes qui en souffrent.

    La maigreur du corps est rapidement perçue par l'environnement, les souffrances psychiques et physiques en revanche ne sont perçues que progressivement.

    Je suis anéantie et tu le remarques de suite.

    Toi aussi, tu me connais bien.

    Quelques uns de tes amis de ton école, te téléphone et ta voix se fait rassurante pour eux.

    Tu acceptes même de parler à tata Y. au téléphone. 

    Je vois et je ressens, que tu as besoin des tiens.

    Certains de tes compagnons d'infortune, te proposent de faire un tarot et pour que tu ne refuses pas (je sais que tu adores) je te fais croire que j'ai des courses à faire et je te laisse à eux.

    L'important étant que tu sois bien.

    Avant que je parte, tu me dis que tu vas demander une permission afin que tu puisses honorer ton RDV avec ton Directeur de ton école d'infirmière où tu es étais en deuxième année.

    Je suis fière de toi mon enfant et je te serre dans mes bras.

    Je sens tes petits os entre mes doigts.

    Combien de souffrances affliges-tu encore à ton corps...

    Ti amo bella mia...
    Sai, sei la vita mia...
    Quanto nostalgia, senza te...
    Tornero, tornero.

    « Article N°7 Même si ... Article N° 9 Ceux qui ne pensent qu'à leur nombril »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :